Le BRF avec Claude Bourguignon

Le syndicat mixte du Pays Mellois (79) avait invité durant 3 jours Claude Bourguignon autour du thème « Redonner de la vie à nos sols grâce au Bois Raméal Fragmanté ».
Jeudi soir une conférence débat a réuni plus de 400 personnes à Melle. Le vendredi une quarantaine de personnes, notamment des agriculteurs, ont travaillé sur une étude comparative des sols avec et sans BRF.

BRF

Et ce samedi matin, nous étions une trentaine dans un jardin potager pour y apprendre à utiliser le BRF au jardin.

Utilisation d’un broyeur avec des branchages pour répartir du Bois Raméal Fragmenté sur un potager, explication des mécanismes biologiques mis en œuvre par Claude Bourguignon.

Claude Bourguignon

Claude Bourguignon répond à toutes les questions avec une énergie et une compétence reconnue. Le personnage est franc, direct et ne pratique pas la langue de bois. Il passe d’un sujet à l’autre avec une agilité exceptionnelle au fil des questions.

Nous l’avions déjà entendu dans de nombreux films dont Solutions locales pour un désordre global de Coline Serreau, mais l’échange direct nous fait adhérer encore plus aux thèses développées.

Alors, pour nous c’est décidé, dans le jardin potager de notre nouvelle maison, nous appliquerons un maximum des consignes recueillies !

Marie-Thérèse et Jean-Pierre

Publié dans Coup de coeur, Découverte, Ecolo, Slow Food, réflexion | Marqué avec , , | 10 commentaires

Couple Ecolo a déménagé !

Pour des raisons professionnelles, Couple Ecolo vient de quitter Orléans pour s’installer à Nouaillé Maupertuis, à proximité de Poitiers.

maisonNous voulions absolument une maison avec un potager, pour cultiver nos propres légumes bio.
Ce village est un haut lieu historique dont l’abbaye a connu en 1356 la bataille de Poitiers, qui vit la défaite de Jean II le Bon contre le prince Noir !

Le village est au milieu des bois et les différents chemins de randonnées passent aux pieds de la maison.

jardin

C’est le départ d’une nouvelle aventure !

Publié dans Coup de coeur, Découverte, Randonnée | Un commentaire

Les Orangeries, un an après

Un an après notre premier passage à l’hôtel restaurant « Les Orangeries » de Lussac les Châteaux dans la Vienne, nous y sommes retournés. Et nous avons pu constater que l’obtention pour la première fois en France de l’écolabel européen, n’était pas un simple coup marketing mais un réel engagement.

En effet, le service est toujours fait de façon aussi chaleureuse avec une attention particulière à chacun, les tarifs n’ont pas évolué, et surtout les produits bio et locaux se sont multipliés sur la carte de même que le choix de vins bio.

A moins de 200 mètres de l’hôtel, nous avons pu visiter le potager bio qui sert à approvisionner la carte.

Nous vous engageons à y passer quelques jours, c’est un bon moment assuré !

Publié dans Coup de coeur, Ecolo | Laisser un commentaire

Loire à vélo: saison 2

Dimanche 7 août 2011 à 7h07, c’est parti ! Gare d’Orléans le train pour Lyon démarre, et nous avons quasi un wagon de TER Rhône alpes pour nous deux. Arrêt à Vierzon, puis à Bourges, et voilà Saincaize.

Saincaize, au sud de Nevers, est une gare avec un certain trafic, mais c’est pourtant une caricature de gare abandonnée. Aucune signalisation, et beaucoup de questionnements pour la direction à suivre.

Avec la carte de l’Euro Vélo 6, bien faite, on finit par y arriver et très vite on arrive sur un pont canal sur l’Allier, puis le Bec d’Allier au confluent avec la Loire. Les 20 premiers kilomètres sont peu aménagés et pas signalés, mais une fois à Marseille-les- Aubigny, on retrouve le parcours de la Loire à vélo tel qu’on l’aime. On alterne le bord du canal latéral et le bord de Loire.

Très jolie vue sur la ville à l’arrivée vers la Charité sur Loire, et c’est là que nous décidons de faire la pause déjeuner.

Et c’est reparti pour pour un très agréable trajet jusqu’au bas de Sancerre. La montée jusqu’au château, ce n’est certes pas le Tourmalet ou le Galibier, mais pour des cyclistes du dimanche comme nous avec les bagages, c’est une sacré grimpette qui fait tirer la langue !

Mais une fois là haut, le spectacle vaut le coup, et une petite boisson est bien méritée.
Ensuite c’est la descente vers Chavignol, et notre hébergement « La Côte des Monts Damnés ». Après une bonne douche, on va à nouveau déguster les vins Henri Bourgeois même si nous les connaissons déjà bien: il faut bien compenser le vent de face de la journée !

Lundi matin c’est reparti, mais on sent que la pluie va nous accompagner une partie du trajet. Traversée de Saint Saturn, et on rejoint le canal latéral jusqu’au delà de Cosnes-Cours sur Loire.

Puis c’est la vue sur la centrale nucléaire de Belleville sur Loire, avec un parcours qui fait vraiment passer aux pieds  de ses réacteurs.

On passe sur l’autre rive, et on se dirige vers une autre réalisation industrielle beaucoup plus ancienne et moins inquiétante, le Pont Canal de Briare, qui permet de revenir rive gauche pour rejoindre Gien.

On en profite pour visiter le petit musée de faïence, et en prenant l’apéro on découvre Céline, une suissesse aperçue dans la journée. Elle est partie depuis 3 semaines de chez elle près de Bâle, et terminera vendredi probablement après Tours. Elle nous accompagnera une partie du trajet du lendemain. Mais le vent de face et de petites averses, nous accompagneront également le lundi comme le mardi.

Après un passage inévitable aux abords de Dampierre en Burly, et ses 4 réacteurs, on se dirige vers le superbe château de Sully sur Loire, puis l’Abbaye de Saint Benoit sur Loire. Châteauneuf sur Loire, on repasse une dernière fois rive gauche pour filer jusque chez nous, après une dernière pause à Jargeau, où nous tombons sur un groupe de cyclistes lyonnais à la recherche des fameuses andouillettes !

Le succès de la Loire à Vélo ne se dément pas, et nous avons croisé ou accompagné beaucoup plus de randonneurs que l’an dernier, et surtout pas mal de familles avec enfants.

Alors n’hésitez plus, et lancez vous dans l’aventure ! Pour nous, l’an prochain ce sera autre chose que la Loire, mais le virus de la randonnée à vélo est bien là …

Et vous pouvez consulter la synthèse vidéo de nos CR journaliers.

Publié dans Coup de coeur, Ecolo, Randonnée | Laisser un commentaire

Geiger d’Or: and the winner is ….

Couple Ecolo était présent ce matin à la remise du prix  » Le Geiger d’Or  » à la banque qui a le plus investi dans le nucléaire !
A l’initiative d’Attac 45, 3 banques étaient nominées: le Crédit Agricole, 5ème banque mondiale pour les investissements dans le nucléaire, la Société Générale, 4ème à ce même classement, et BNP Paribas 1ère banque mondiale à ce classement.

Par acclamations, la cinquantaine de personnes rassemblées Place du Martroi, a élu très largement BNP Paribas.
Toute la tribu, s’est rendu vers l’agence de cette banque située place du Martroi, pour remettre à des représentants de la banque, le trophée Geiger d’Or, et symboliquement décontaminer l’argent irradié de celle-ci.

BNP Paribas et le 1er investisseur mondial dans l’industrie nucléaire, avec 13,5 milliards d’euros entre 2000 et 2009.
BNP finance des entreprises spécialisées dans le nucléaire dans 18 pays différents (EDF, Areva, Tepco, …) ainsi que plusieurs projets en cours: Angra (Brésil), Jaitapur (Inde),  Olkiluoto (Finlande), Belene (Bulgarie), ….

Bravo et merci à Attac 45 pour cette initiative, à laquelle s’était associé Europe Écologie Les Verts.

Jean-Pierre

Publié dans Ecolo, réflexion | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Orléans, ville centrale !

Lors du conseil municipal du 15 avril 2011, Corinne Leveleux-Teixeira a lu une question co-écrite avec moi, à propos des risques subis par nos concitoyens à proximité de plusieurs centrales nucléaires, et le manque d’information sur cette situation.

Monsieur le Maire,

Orléans vit à l’ombre de 2 centrales nucléaires: Dampierre en Burly et Saint Laurent des Eaux. La ville n’est guère éloignée non plus de celle de Belleville sur Loire.
Il y a 25 ans, Tchernobyl nous avait fait prendre conscience des dangers du nucléaire et des limites de l’information gouvernementale à destination des populations.
Très récemment, la paralysie des circuits de refroidissement de la centrale de Fukushima, consécutive au tremblement de terre et surtout au Tsunami survenu au Nord Est du Japon, nous a tragiquement rappelé que le nucléaire ne constituait pas une industrie comme les autres. L’avertissement japonais résonne avec d’autant plus de
force, qu’il survient dans un pays technologiquement très avancé, qui a su développer par surcroit une culture du risque sans doute unique au monde.

Face à un drame aussi épouvantable, notre premier mouvement est bien sûr d’exprimer notre totale solidarité avec le peuple japonais, si cruellement éprouvé par les
colères de la nature et qui revit, pour la deuxième fois de son histoire, le spectre d’une contamination nucléaire.

Nous pensons aussi qu’il est du devoir des responsables politiques, chacun à leur niveau de décision, de tirer des leçons de ce qui continue de se passer à
Fukushima. A ce titre, par delà les aspects techniques de l’incident, la question politique et sociale de l’information des populations concernées nous semble devoir être
posée. Nous ne sommes d’ailleurs pas les seuls à le penser : selon un sondage récent, 6 Français sur 10 s’estiment insuffisamment informés sur le nucléaire.

C’est donc sur ce point de la diffusion de l’information, particulièrement crucial en régime démocratique, que nous souhaitons vous questionner, Monsieur le Maire.
Cet aspect du problème nous paraît d’autant plus important que, comme vous le savez, les risques ne sont pas seulement liés aux centrales mais aussi au transport
des matières nucléaires.

Ainsi, des sources radioactives intenses sont transportées chaque jour par la route, le rail, le bateau, voire l’avion. Le confinement de ces sources, assuré par des
blindages importants, arrête les rayonnements. Ces dispositifs de protection sont conçus et testés de façon à résister à des chocs importants. Mais si tout pouvait être
envisagé, il n’y aurait jamais de problème. Et il ne peut être exclu qu’au cours d’un accident, une protection ne soit endommagée et perde de son étanchéité.

Les maires des communes concernées doivent réaliser un Dossier d’Information Communale sur les Risques Majeurs (DICRIM).

Dans cette même perspective, les exploitants d’installations nucléaires de base sont tenus d’effectuer tous les cinq ans, sous contrôle du préfet, une information de la
population habitant à l’intérieur des cercles à risques (cercles du Plan Particulier d’Intervention : PPI). Cette information doit porter sur la nature du risque et les
consignes à appliquer en cas d’accident.

Pour rappel, Fukushima a porté sa zone d’éviction à 60 km de la centrale, soit une distance supérieure à celle qui nous sépare de Dampierre en Burly (35 km) et de
Saint Laurent des Eaux (57km).

Notre question porte donc sur la manière dont est informée la population de la conduite à tenir en cas d’accident nucléaire. Nous avons observé que sur le site de la
ville d’Orléans figure le DICRIM. Mais cette mention est-elle suffisante ? Combien de citoyens en sont informés ? Envisagez vous, à moyen terme, des modalités
d’information plus précises de la population ?

Encore une fois, nous ne souhaitons ni faire peur ni polémiquer, mais seulement attirer l’attention du conseil municipal sur la nécessité d’une information suffisante de nos concitoyens.

Corinne Leveleux Teixeira et Marie-Thérèse Noël

Publié dans Ecolo, réflexion | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

De l’ostentatoire à la connerie !

Je suis laïque et républicaine, voilà c’est dit, posé, on n’y revient plus. Et pourtant, les signes religieux ne me choquent pas, tant qu’ils ne gênent pas la personne qui les porte ou ne sont pas choquant pour celui qui les regarde.

Après bien sûr, c’est affaire de sensibilité, de bon sens, de peurs, de connerie, etc…

Par exemple, personne n’a jusqu’à ce jour été perturbé par la cornette des bonnes sœurs, la robe de bure des moines ou la soutane des curés (peu usitée de nos jours toutefois).

Je ne suis pas plus choquée par un voile léger, une croix, une kippa, un keffieh ou tout signe de cet ordre si celle ou celui qui le porte est en accord avec ce port.

Ces signes peuvent aussi passer pour des choix vestimentaires, interdit-on un foulard, très à la mode il y a quelques années, couvrant les cheveux, en particulier si celui-ci est de marques bien connues ?

Ce qui me choque et me dérange, c’est la burqa, le retrait complet de la personne derrière « un mur ».  Ne pouvoir communiquer avec cet être ni en parole, ni par les yeux a quelque chose de dérangeant. Gênant aussi pour l’identification.

Ce nouveau débat sur la laïcité, cette volonté du « tous identiques » a le don de m’exaspérer. Il est des combats justes, contre l’excision, le mariage forcé, le port du voile imposé, un mode de vie imposé, l’interdiction à l’éducation … Mais que l’on veuille de toute force faire rentrer tout le monde dans le même moule NON !

De plus, cela provoque de vives réactions qui ne font qu’encourager les extrêmes.

Je pourrais proposer bien d’autres débats : sur l’énergie, sur la sortie du nucléaire, sur l’imposition, sur le vivre ensemble, sur l’éducation, sur les transports, sur la culture, sur la santé, sur la prise en charge du handicap ….

Non, pas de chance ce sont toujours les mêmes sujets qui retombent !

Identité nationale,  laïcité …

Quand décidons-nous de changer les choses ? Nous pouvons nous aussi décider d’un grand débat avec nos mouvements politiques,  nos associations.

Je proposerais bien un premier débat sur la sortie du nucléaire

Chiche qu’on le fait ?

Marie Thérèse

Publié dans Coup de coeur, réflexion | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Du plomb dans l’aile sur l’eau orléanaise !

Pour respecter  la directive européenne du 5 décembre 2003, tous les branchements en plomb doivent être rénovés pour le 23 décembre 2013.

Or, il restera plus de 8000 branchements à la fin de l’année 2011 et seulement 2 ans pour les rénover.

Comment va-t-on réussir à les rénover dans le temps imparti ? Un avenant avait pourtant été signé en 2003 avec La Lyonnaise des Eaux pour prolonger le contrat de 5 ans pour réhabiliter ces branchements en plomb.

Lors de ma dernière intervention sur ce sujet en conseil municipal, Monsieur le Maire  m’a accusé de vouloir faire peur aux Orléanais, ce qui n’est absolument pas mon propos.  Cependant sur les rapports successifs qui nous ont été donnés  sur l’eau, il est nettement indiqué, contrairement à ce qui nous avait été dit, que :

« Le réseau d’alimentation orléanais présente un risque élevé en terme de dissolution du plomb dans l’eau.  Ainsi, plusieurs mesures ont été prises :

-un traitement compensatoire de l’eau

- le renouvellement et/ou la réhabilitation des branchements publics en plomb situés entre la canalisation principale et le compteur de l’abonné »

Un autre point que je voudrais évoquer est le prix de l’eau. De 2,40 € le m3 en 2003 assainissement compris on est passé à 3,90 € le m3 en 2010 soit 62,5% d’augmentation !

Pourtant, la majorité actuelle s’était engagée en 2003 avec l’allongement de 5 ans du contrat, à ne pas augmenter le prix de l’eau.

Marie Thérèse

Publié dans Ecolo, réflexion | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Proposition alternative à l’implantation de l’ARENA sur le site FAMAR

Lors du dernier conseil municipal, j’ai eu l’occasion de faire cette proposition, et je vous laisse découvrir mon intervention:

Monsieur le Maire,

Je ne vais pas revenir sur tous les arguments contre l’implantation d’un grand équipement à cet endroit. Ils ont été ou vont être développés par mes collègues

Je vais plutôt répondre à Monsieur LE MEIGNEN qui s’inquiète de quoi faire du site FAMAR, et vous proposer une autre utilisation pour cet emplacement.

En effet, comme vous le savez, et selon l’Agence Internationale de l’Energie, nos réserves de combustibles fossiles sont plus que réduites : 40 ans pour le pétrole, 60 ans pour le gaz et 200 ans pour le charbon, et de plus en plus de personnes s’interrogent sur l’omni présence du nucléaire en France.

Je vous propose donc de créer sur ce site un pôle éco bâtiment avec un espace conseil, un centre de formation professionnelle continue, une « mathériauthèque » qui présenterait les divers matériaux «écologiquement compatibles » ainsi que les nouvelles méthodes d’éco-construction, mais aussi une pépinière pour les jeunes entreprises qui souhaiteraient se développer dans ce secteur.

Ceci permettrait à tous, particuliers et entreprises, de se renseigner sur comment faire des économies d’énergie en ayant tous les acteurs et informations sur place, aux professionnels de se former et de redonner de l’emploi tout en réalisant des économies d’énergies.

N’oublions pas que le secteur du bâtiment est actuellement le plus gros consommateur d’énergie et responsable de 23% des émissions de GES en France.

Encourager les entreprises et les citoyens de la région à adopter un comportement durable en terme de construction, alors que nous allons devoir faire des économies d’énergie, c’est je pense une excellente proposition. Tout à fait en cohérence avec le bilan thermique que vous avez souhaité, Monsieur le Maire.

Tout comme le meilleur déchet est celui qui n’existe pas, la meilleure énergie est celle économisée.

Je voudrais que nous allions de l’avant, que nous soyons imaginatifs et créatifs. En créant ce pôle, non seulement nous sommes dans le développement durable, dans ce qu’il faudra faire, alors autant être en pointe dans ce domaine, mais nous répondons aussi aux demandes de nos concitoyens : emplois non délocalisables et économies d’énergie.

Marie Thérèse NOEL

Publié dans Ecolo, réflexion | Laisser un commentaire

Fiertés Nationales

Ces derniers mois, la France a été présente à contre-temps dans le monde, et notamment sur le Mexique, la Tunisie ou l’Égypte. Mais en ce mois de mars, la technologie française a redressé notre image. Ainsi toutes les télés du monde ont montré le drame japonais, et une partie des personnes irradiées le sont et le seront pendant des dizaines d’années par du combustible MOX français ! En Libye, où notre super président mène la coalition contre Kadhafi, une grande partie des armes qui arrêtent les troupes libyennes, ainsi que celles qui leur répliquent sont françaises !

« Quand on vend du matériel, c’est pour que les clients s’en servent ! ». J’espère que nous n’aurons pas à nous remémorer cette phrase de Serge Dassault à propos des armes vendues, à l’occasion d’un avion français abattu ou d’un missile libyen s’abattant sur un pays proche d’Europe.

Mais j’y pense, les initiales de ces Fiertés Nationales, cela me rappelle quelque chose de désagréable !

Publié dans Ecolo, réflexion | Laisser un commentaire