Objectif 500 !

Après La Loire à vélo il y a 8 ans, le tour de Bassin d’Arcachon il y a 2 ans, l’envie nous a repris de refaire une randonnée vélo d’une semaine, en prévision de périples plus longs !
L’objectif fixé fut donc le nouveau domicile d’un de nos enfants à Lacroix Falgarde au sud de Toulouse. L’avantage est que ce parcours utilise presque pour la totalité des chemins balisés, la vélodyssée d’abord puis le canal des 2 mers de l’atlantique à la méditerranée. Et pour les quelques kms hors de ces sentiers, ou pour se rassurer, l’appli Geovelo (merci Hervé pour ce conseil).

Par expérience et l’âge avançant, toujours sans préparation tout au long de l’année, nous avons opté pour des étapes autour de 80 kms. Il est vrai que lors de la programmation, si nous pensions bien à la chaleur début août, nous n’avions pas envisagé la canicule, avec une journée à 39° et une autre à 38° !
Pour les hébergements, le choix ira vers les chambres d’hôtes, des amis et à défaut l’hôtel, trouvés dans le guide Le Canal des 2 mers.

Samedi 4 août : 75 kms
Pour ne pas allonger cette première étape, en quittant la maison, nous avons pris le bac qui traverse la Charente au niveau du pont transbordeur en cours de rénovation.
Puis c’est le premier canal du périple, celui de la Charente à la Seudre. Avant Marennes la traversée des marais réserve toujours de très belles rencontres animales. Des familles cygnes avec leur petits déjà grands, de nombreux hérons cendrés, des cigognes à la recherche de nourriture, des aigrettes, et aussi plusieurs troupeaux de vaches, maraichines, limousines et même un groupe de Highland Cattle ! Au niveau de Marennes c’est agréable de dépasser les voitures qui roulent au pas pour accéder à Oléron ☺
Passage du pont sur la Seudre et traversée de Ronces les Bains, avant d’aborder la longue traversée de la forêt jusqu’au phare de la Coubre ! Et c’est agréable d’être à l’abri des pins en ce début de la canicule. Et puis c’est la jolie côte jusque Royan, avec une pause déjeuner sur le port de La Palmyre, avant de côtoyer les très nombreux véhicules qui attendent le passage du bac vers Le Verdon.
Et cette première journée se termine bien par une belle soirée chez nos amis Viviane et Michel, avec une ballade, à pieds, sur la belle digue de Royan avec le superbe couché de soleil sur l’église Notre-Dame !

Dimanche 5 août : 87 kms
Le départ par la corniche de Saint Georges de Didonne est superbe, et amorce une journée sur cette côte nord de l’estuaire de la Gironde qui est magique, à l’exception bien sûr de la verrue de centrale nucléaire du Blayais ! La première partie est marquée par de nombreuses montées de falaises qui ralentissent le rythme. Après le déjeuner sur le petit port de Mortagne sur Gironde, c’est la traversée de marais sous un soleil de canicule qui impose de nombreux arrêts boissons. Une fin d’étape avec des côtes au milieu des vignobles pour atteindre Etauliers, objectif de cette plus longue étape du périple.
Quelques remarques sur cette étape : tout d’abord le fléchage qui à la sortie de Meschers nous entraine sur la départementale avant de récupérer le parcours sécurisé, et surtout après le déjeuner le mélange du fléchage grande rando avec des parcours locaux nous oblige à une boucle de 6 kms avec grimpettes pour revenir au point de départ.
Ensuite la surprise de trouver des panneaux « Non aux éoliennes » tout autour d’une centrale nucléaire, au prétexte que cela gâcherait le paysage. Une centrale nucléaire et son réseau de lignes haute tension serait donc un plus pour le paysage local !

Lundi 6 août : 68 kms
Heureusement qu’il s’agit d’une étape courte car on atteint ce jour le sommet de la canicule ! Et si les 14 kms de voie de verte qui rejoignent le Bac de Blaye sont agréables et ombragés, la reprise après la traversée du bac à 11H se fait sous un soleil brûlant qui ne nous quittera pas jusqu’au centre de Bordeaux !
La rentrée des voitures, et autres véhicules, sur le bac en ce mois d’août, ressemble vraiment à une partie de Tétris ! ☺
Cette traversée nous fait passer des côtes de Blaye au Médoc. Et peu de zones couvertes au milieu des vignes, mais heureusement on rejoint rapidement la forêt du Médoc. Et quand midi approche, on s’aperçoit que Margaux est à quelques kms ☺. Alors grâce à une appli fétiche, direction Le Savoie qui nous accueille dans une salle fraiche et sans que nos tenues cyclistes ne posent problème. Même dans ce haut lieu du Médoc, pas de vin au programme, car peu compatible avec vélo et canicule.
On y reviendra pour tester la partie gastronomique et la cave ! Mais même dans la partie Bistrot, nous déjeunons divinement bien, un vrai régal !
L’après-midi est vraiment très chaude mais la voie cycliste ne passe devant aucun bistro ou commerce. La rentrée sur la métropole bordelaise permet de faire le plein d’eau dans une supérette. Si les pistes cyclables sont nombreuses et bien balisées, la traversée de grands axes reste parfois encore difficile et le vélo n’a jamais la priorité. Et si en cette période estivale, les véhicules sont moins nombreux, la pollution elle ne diminue pas !
Toujours très agréable, ce final en bord de Garonne au centre de Bordeaux pour atteindre notre hôtel.
Très belle soirée avec notre ami Nathalie chez Peppone, institution bordelaise !

Mardi 7 août : 79 kms
En quittant Bordeaux, on prend le Pont de Pierre, puis tout de suite le long de la Garonne, un très bel aménagement de pistes protégées jusqu’à la sortie de l’agglomération que la ville et la métropole ont réalisé. C’est en fait le démarrage de la piste Roger Lapébie qui reprend l’ancienne voie ferrée jusque Sauveterre de Guyenne. Un parcours très agréable largement ombragé, traversant des petites villes permettant des pauses selon les besoins. Le déjeuner se fera à Frontenac, où une petite auberge offre un accueil très sympathique.
Sauveterre sera la première bastide sur notre route, où une pause sur la place centrale permet de reprendre des forces avant d’attaquer la quinzaine de kilomètres très accidentés jusque La Réole. C’est d’ailleurs au sommet d’une côte que l’on va croiser un couple de seniors qui terminent un Toulouse Bordeaux en 2 étapes seulement !
A La Réole, nous attend une très belle chambre d’hôtes « La Parenthèse » avec un accueil de grande qualité. On nous propose immédiatement une lessive de nos affaires de cyclistes notamment, et on nous indique toutes les facilités de la ville. Et notamment nous profitons d’une des soirées festives en bord de Garonne : de multiples possibilités de restauration, une animation musicale, et des tables installées sous les platanes. Pour nous, cela sera accras, puis brochettes de bœuf et des pâtisseries orientales !

Mercredi 8 août : 84 kms
Petit déjeuner avec un couple de messins et leur fils : échanges de conseil puisque nous allons en sens opposé ☺
Très vite, on attaque le canal latéral à la Garonne, que l’on ne quittera qu’à Toulouse.
Les platanes sont une compagnie plaisante en cette période de chaleur, et les plaisanciers nautiques que l’on croise ou que l’on double sont souvent l’occasion de signes de sympathie, et les passages d’écluse favorisent ces échanges.
Le canal passe à proximité de diverses bastides, et c’est d’ailleurs à Damazan que nous déjeunons sur la place centrale entourée de jolies arcades. C’est sous l’une d’elle que nous arrêtons au bien nommé « l’Arcade » pour reprendre des forces avec un très bon repas.
Au niveau du Mas d’Agenais, arrêt au bureau la compagnie « Le Boat » pour acheter deux canettes fraiches, et lorsqu’on a demandé où était la poubelle recyclable, la réponse a fusé : « on en a pas, c’est la France ! » ??? Echange avec la personne, pour expliquer que NON ce n’est pas la France, mais chacun de nous ! Est-ce la réponse adressée aux touristes étrangers ? La mairie et la communauté de communes sont-elles sur la même longueur d’onde ?
La journée se termine par le passage du superbe Pont Canal d’Agen, avant d’entrer en ville pour gagner une petite chambre d’hôtes sympathique.
Dîner chez Jeannot, où les portions vous permettent d’envisager la reprise du lendemain. ☺ On y découvre aussi une bière artisanale locale 4.7 !
La nuit sera agitée par de gros orages !

Jeudi 9 août : 86 Kms
Le jardin héberge une tortue Hermann, totalement légalement, qui avait effectué une première ponte avec 3 petits, et une seconde ponte est en attente d’éclosion, le tout dans un petit jardin bien aménagé.
Le petit déjeuner sera rafraichi par une dernière grosse averse, et la journée s’annonçait humide. Mais finalement, les nuages ont reculé au fur et à mesure de notre avancée ☺
Sur ce parcours, des maisons d’éclusiers ont profité d’aménagements pour les cyclistes et autres promeneurs. Ainsi 12 kms après Agen, La poule à Vélo à Saint Jean de Thurac vous accueille pour boire ou manger, et encore plus loin une buvette associative alternative avec la création du Jardin du Contrôleur, « jardin public au mobilier urbain artistique, résidence d’artistes, expositions … »
Impossible d’éviter la seconde verrue du parcours à Golfech, où d’ailleurs un arbre n’a pas supporté l’orage nocturne et barre la piste ! Ensuite on évolue vite vers la rivière Tarn avant de gagner la toujours belle Moissac. Pause déjeuner très très agréable face à l’entrée de l’Abbatiale Saint-Pierre, au Florentin avec dégustation d’une bière artisanale locale « OC’Ale » et un repas très apprécié.
Reprise par le pont canal sur le Tarn, puis le passage à Castelsarrazin, avec des pensées pour notre poète-cuisinier national Pierre Perret !
Puis c’est Montech, avec sa Pente d’eau, ses nombreuses écluses et son port fluvial.
Enfin, c’est le Relais des Garrigues à Grisolles qui nous accueille pour la soirée, avec 10kms avant d’arriver une crevaison ! Et comme il y a des années qu’on n’avait pas connu cela, la pompe était HS. Heureusement, la solidarité cycliste a vite fonctionné et on a pu repartir sans problème.

Vendredi 10 août : 54 kms
Après l’achat d’une nouvelle pompe, c’est direction Toulouse où l’on atteint la place du Capitole avant midi. On y trouve des supporters rochelais, à qui on demande de nous photographier ☺ Après un déjeuner bio avec Florence, on prend un bout de canal du midi jusque Ramonville St Agné, avant d’attaquer quelques coteaux pentus jusqu’aux hauteurs de Lacroix Falgarde, par un temps redevenu chaud !

Et au total : 533 kms !
C’est une belle expérience qui a été ralentie par la canicule mais sans gâcher le plaisir. Les rencontres et les échanges sont toujours riches, avec les points de vue sur les paysages très différents.
Bien que nous n’ayons pas d’entrainement tout au long de l’année, les 80 kms quotidiens, ne posent pas de problème particulier, mais l’accumulation amène quand même de la fatigue en fin de semaine. D’autant que les nuits chaudes ne permettent pas une récupération optimale …

Et après ?
L’envie pour les années à venir sera des escapades plus longues et thématiques, c’est-à-dire avec des arrêts permettant des reportages sur un site web dédié.
Pour cela, l’âge avançant et afin aussi d’être plus réactifs, nous envisageons de passer au VAE. Cela nous permettra d’emmener plus de charge, plus longtemps, et de franchir les côtes plus facilement !
Nous reviendrons prochainement vers vous pour vous en dire plus …

Publié dans Coup de coeur, Ecolo, Randonnée | Laisser un commentaire

Bonne Année, bien sûr !

Début janvier, c’est bien sûr … la période des vœux et souhaits de « Bonne et Heureuse Année » ! Mais au fait c’est quoi une bonne et heureuse année  ?

Probablement pas la même chose pour chacun d’entre nous.
Pour nous c’est se sentir en VIE vraiment, c’est partager, c’est voir la beauté de notre terre, de notre nature, c’est savourer un plat, le cuisiner, rechercher les bons produits, c’est une promenade, un voyage, c’est apprendre chaque jour, c’est progresser, se dépasser, c’est transmettre, c’est beaucoup, beaucoup de choses différentes, mais qui nous donnent de multiples joies et du bonheur aussi bien qu’elles en apportent à d’autres.
Et pour vous c’est quoi une « bonne et heureuse année » ?

Quel que soit votre réponse, nous vous souhaitons une excellente année 2017, qu’elle soit source de partages, joies et bonheur.
Nous allons avoir, du moins nous l’espérons, un peu plus de temps et nous souhaitons reprendre enfin l’écriture et les échanges sur ce blog. A très bientôt donc.

Marie-Thérèse et Jean-Pierre

Publié dans Ecolo | 2 commentaires

Histoire de poules !

A l’occasion de notre départ d’Orléans, mes collaborateurs apprennent que nous avons trouvé une maison avec du terrain, un potager et qui peut accueillir, pourquoi pas, quelques poules. Cela se traduit par un magnifique poulailler comme cadeau de départ !

Deuxième étape, cela amuse beaucoup ma meilleure amie, qui décide de trouver un éleveur à proximité de Poitiers, et un de mes cadeaux de Noël devient un bon pour des poules à récupérer à Sillars.

Troisième étape, après avoir laisser passer les grands froids, j’installe 2 belles poules de Marans sur une bande de terre où elle pourront picorer tranquillement. Et voici donc nos débuts d’éleveur.

La poule de Marans est originaire de la zone du Marais Poitevin autour de la ville du même nom, à cheval sur les 3 départements de la Charente Maritime, des Deux Sèvres et de la Vendée. De couleur noire, elle fait des oeufs de couleur foncée qui rappellent les œufs colorés à la chicorée que l’on allait chercher dans le jardin les jours de Pâques de mon enfance dans le Nord !

Deux poules éliminent les déchets végétaux d’un couple et cela limite encore les déchets traités. C’est d’ailleurs l’idée qu’a eue le Maire de Pincé dans la Sarthe, qui va offrir 2 poules à tout foyer qui le souhaite !

Alors, un seul conseil, prenez des poules !

Bon, là je vous laisse, j’ai une omelette qui m’attend …

Jean-Pierre

Publié dans Coup de coeur, Ecolo | 2 commentaires

Les vœux de Couple Ecolo pour 2012 !

Bien sûr que nous pouvons rêver, c’est formidable de rêver, c’est bon de rêver, c’est une promesse d’avenir, un début de chemin et il ne faut pas s’en priver !

Quand Stéphane Hessel nous dit « Indignez-vous » nous le rejoignons complètement car il faut conserver cette faculté, source de démocratie et de justice, et nous ajouterons et « rêvez » !

En 2012, nous vous souhaitons de pouvoir vous « indigner », (quand il ne restera plus de sujet sur lequel s’indigner, nous serons dans un autre monde !), et de pouvoir « rêver » !

A chacun de trouver ses sujets d’indignation et de rêves, pour Couple Ecolo, ce sera entre autres :

- les premiers pas vers la sortie du nucléaire

- toit et repas pour tous, chaque jour de l’année

- le développement d’une agriculture plus respectueuse, et l’accroissement de la part du bio en France

- le respect de l’autre

Et notre premier vœu pour 2012 sera que rêves et réalité se rejoignent pour tous !

Bonne Année 2012 à Tous !

Publié dans Ecolo, réflexion | Marqué avec | Un commentaire

Petit billet rapide à l’intention de ceux qui s’impatientent …

Vive la cuisine d’autrefois !

Couple écolo est presque installé, il s’imprègne de la vie locale. Il mange et cuisine local !!

2 canards gras ont ainsi été préparés ce week- end en foie gras, magrets, confits et chichons. La brioche maison a fait aussi son apparition !! Nous attendons du porc fermier local transformé en boudins, pâtés et viandes à congeler. En peu de temps, nous avons déjà un petit réseau qui nous permet de nous approvisionner en produits biologiques et locaux !

Les conserves réapparaissent, mais réalisées maison. Nous nous équipons, bocaux de toutes tailles et grande marmite pour stériliser le tout !!

J’ai découvert un nouveau mélange d’épices : « épices Rabelais ».

Les foies gras seront servis en entrée pour les fêtes, les magrets patienteront au congélateur. Les confits seront dégustés avec de bonnes petites pomme de terre sarladaises, les chichons agrémenteront de bonnes soupes !

La vie à la campagne a vraiment un parfum extraordinaire de bonheurs simples : de bons produits, l’envie de cuisiner et d’apprécier. Et nous avons bien l’intention de les multiplier ces petits bonheurs !

Vous voulez que je vous dise, cela nous change de la cuisine électorale, des égos surdimensionnés et des magouilles !! Pourtant il y a quelques ressemblances dans les termes : découpage (électoral), bourrage (d’urne), bridage, arrosage, …

La vie est, certains jours plus simple qu’il n’y paraît. Le Bonheur ne serait-il pas la somme de tous ces petits bonheurs, de tous ces moments de plaisir à partager.

« Le bonheur est dans le pré cours-y vite, … » et cultive ton jardin !!

MT

Publié dans Coup de coeur, Ecolo, Slow Food, réflexion | Laisser un commentaire

Mission : Sauver la Tomate Rose Korean Love !!

Ayant déménagé, j’ai démissionné de ma mission de conseillère municipale, et j’ai accepté une nouvelle mission : Sauver la Tomate Rose Korean Love !  Nous avons maintenant un jardin potager et cette mission devrait pouvoir se réaliser au printemps. Mais je vous tiendrai informés.

Je ne sais pas si vous connaissez l’Association KOKOPELLI, mais si ce n’est pas le cas, je ne peux que vous encourager à aller vite les découvrir sur leur site.

Qui est KOKOPELLI ?  D’origine Amérindienne, il est représenté par un joueur de flûte.

Basés dans le Gard à Alès, une équipe de militants œuvrent à la conservation du plus grand nombre de variétés potagères de semences et en particulier les variétés anciennes, protègent la biodiversité, aident les pays en voie de développement en leur envoyant des semences.

KOKOPELLI a besoin de votre reconnaissance pour le tout le travail effectué et de votre aide pour poursuivre.

Je vous souhaite bonne lecture et bonne découverte de leur site.

Devenons tous des Kokopelli !

Marie-Thérèse

Publié dans Coup de coeur, Ecolo, réflexion | Marqué avec , | 4 commentaires

Le BRF avec Claude Bourguignon

Le syndicat mixte du Pays Mellois (79) avait invité durant 3 jours Claude Bourguignon autour du thème « Redonner de la vie à nos sols grâce au Bois Raméal Fragmanté ».
Jeudi soir une conférence débat a réuni plus de 400 personnes à Melle. Le vendredi une quarantaine de personnes, notamment des agriculteurs, ont travaillé sur une étude comparative des sols avec et sans BRF.

BRF

Et ce samedi matin, nous étions une trentaine dans un jardin potager pour y apprendre à utiliser le BRF au jardin.

Utilisation d’un broyeur avec des branchages pour répartir du Bois Raméal Fragmenté sur un potager, explication des mécanismes biologiques mis en œuvre par Claude Bourguignon.

Claude Bourguignon

Claude Bourguignon répond à toutes les questions avec une énergie et une compétence reconnue. Le personnage est franc, direct et ne pratique pas la langue de bois. Il passe d’un sujet à l’autre avec une agilité exceptionnelle au fil des questions.

Nous l’avions déjà entendu dans de nombreux films dont Solutions locales pour un désordre global de Coline Serreau, mais l’échange direct nous fait adhérer encore plus aux thèses développées.

Alors, pour nous c’est décidé, dans le jardin potager de notre nouvelle maison, nous appliquerons un maximum des consignes recueillies !

Marie-Thérèse et Jean-Pierre

Publié dans Coup de coeur, Découverte, Ecolo, Slow Food, réflexion | Marqué avec , , | 10 commentaires

Couple Ecolo a déménagé !

Pour des raisons professionnelles, Couple Ecolo vient de quitter Orléans pour s’installer à Nouaillé Maupertuis, à proximité de Poitiers.

maisonNous voulions absolument une maison avec un potager, pour cultiver nos propres légumes bio.
Ce village est un haut lieu historique dont l’abbaye a connu en 1356 la bataille de Poitiers, qui vit la défaite de Jean II le Bon contre le prince Noir !

Le village est au milieu des bois et les différents chemins de randonnées passent aux pieds de la maison.

jardin

C’est le départ d’une nouvelle aventure !

Publié dans Coup de coeur, Découverte, Randonnée | Un commentaire

Les Orangeries, un an après

Un an après notre premier passage à l’hôtel restaurant « Les Orangeries » de Lussac les Châteaux dans la Vienne, nous y sommes retournés. Et nous avons pu constater que l’obtention pour la première fois en France de l’écolabel européen, n’était pas un simple coup marketing mais un réel engagement.

En effet, le service est toujours fait de façon aussi chaleureuse avec une attention particulière à chacun, les tarifs n’ont pas évolué, et surtout les produits bio et locaux se sont multipliés sur la carte de même que le choix de vins bio.

A moins de 200 mètres de l’hôtel, nous avons pu visiter le potager bio qui sert à approvisionner la carte.

Nous vous engageons à y passer quelques jours, c’est un bon moment assuré !

Publié dans Coup de coeur, Ecolo | Laisser un commentaire

Loire à vélo: saison 2

Dimanche 7 août 2011 à 7h07, c’est parti ! Gare d’Orléans le train pour Lyon démarre, et nous avons quasi un wagon de TER Rhône alpes pour nous deux. Arrêt à Vierzon, puis à Bourges, et voilà Saincaize.

Saincaize, au sud de Nevers, est une gare avec un certain trafic, mais c’est pourtant une caricature de gare abandonnée. Aucune signalisation, et beaucoup de questionnements pour la direction à suivre.

Avec la carte de l’Euro Vélo 6, bien faite, on finit par y arriver et très vite on arrive sur un pont canal sur l’Allier, puis le Bec d’Allier au confluent avec la Loire. Les 20 premiers kilomètres sont peu aménagés et pas signalés, mais une fois à Marseille-les- Aubigny, on retrouve le parcours de la Loire à vélo tel qu’on l’aime. On alterne le bord du canal latéral et le bord de Loire.

Très jolie vue sur la ville à l’arrivée vers la Charité sur Loire, et c’est là que nous décidons de faire la pause déjeuner.

Et c’est reparti pour pour un très agréable trajet jusqu’au bas de Sancerre. La montée jusqu’au château, ce n’est certes pas le Tourmalet ou le Galibier, mais pour des cyclistes du dimanche comme nous avec les bagages, c’est une sacré grimpette qui fait tirer la langue !

Mais une fois là haut, le spectacle vaut le coup, et une petite boisson est bien méritée.
Ensuite c’est la descente vers Chavignol, et notre hébergement « La Côte des Monts Damnés ». Après une bonne douche, on va à nouveau déguster les vins Henri Bourgeois même si nous les connaissons déjà bien: il faut bien compenser le vent de face de la journée !

Lundi matin c’est reparti, mais on sent que la pluie va nous accompagner une partie du trajet. Traversée de Saint Saturn, et on rejoint le canal latéral jusqu’au delà de Cosnes-Cours sur Loire.

Puis c’est la vue sur la centrale nucléaire de Belleville sur Loire, avec un parcours qui fait vraiment passer aux pieds  de ses réacteurs.

On passe sur l’autre rive, et on se dirige vers une autre réalisation industrielle beaucoup plus ancienne et moins inquiétante, le Pont Canal de Briare, qui permet de revenir rive gauche pour rejoindre Gien.

On en profite pour visiter le petit musée de faïence, et en prenant l’apéro on découvre Céline, une suissesse aperçue dans la journée. Elle est partie depuis 3 semaines de chez elle près de Bâle, et terminera vendredi probablement après Tours. Elle nous accompagnera une partie du trajet du lendemain. Mais le vent de face et de petites averses, nous accompagneront également le lundi comme le mardi.

Après un passage inévitable aux abords de Dampierre en Burly, et ses 4 réacteurs, on se dirige vers le superbe château de Sully sur Loire, puis l’Abbaye de Saint Benoit sur Loire. Châteauneuf sur Loire, on repasse une dernière fois rive gauche pour filer jusque chez nous, après une dernière pause à Jargeau, où nous tombons sur un groupe de cyclistes lyonnais à la recherche des fameuses andouillettes !

Le succès de la Loire à Vélo ne se dément pas, et nous avons croisé ou accompagné beaucoup plus de randonneurs que l’an dernier, et surtout pas mal de familles avec enfants.

Alors n’hésitez plus, et lancez vous dans l’aventure ! Pour nous, l’an prochain ce sera autre chose que la Loire, mais le virus de la randonnée à vélo est bien là …

Et vous pouvez consulter la synthèse vidéo de nos CR journaliers.

Publié dans Coup de coeur, Ecolo, Randonnée | Laisser un commentaire